Comité départemental de rugby de Paris

PSL Rugby Trophy 2016

Le samedi 13 février 2016 a eu lieu à 3ème édition du PSL Rugby Trophy.

Le PSL Rugby Trophy trouve ses origines à la fois dans le monde académique et dans le monde du rugby. En effet, avant l’ère du rugby professionnel, il existait un Défi Paris – Londres universitaire, crée à l’après- guerre, et qui avait disparu dans les années 90. Le Comité de Rugby de Paris, organisme décentralisé de la Fédération Française de Rugby travaillait depuis quelques temps à la renaissance de cet événement.

Dans le même temps, des étudiants de l’ESPCI Paris, de Chimie Paris et de l’ENS ont porté un projet similaire dans le cadre du premier appel à projet des initiatives étudiantes 2013.

Tout naturellement les énergies ont convergé, et en 2014, fruit d’un partenariat entre l’Association sportive PSL, les étudiants et le Comité de Rugby de Paris, le PSL Rugby Trophy était né, avec la collaboration de University College London, par ailleurs premier partenaire académique de PSL.

Dès sa création, l’ambition des organisateurs a été de décliner cette journée sur les trois axes sportifs, académiques et convivialité.

Après avoir démarré le cycle à Paris en 2014, en présence de Pierre Villepreux, universitaire et ancien entraîneur du XV de France, les étudiants étaient à Londres en 2015, et il leur revenait la mission d’organiser l’événement à Paris en 2016.

 

Retour sur l’édition 2016

Nos hôtes britanniques sont arrivés le vendredi soir, accueillis par des étudiants parisiens, qui les attendaient à leur auberge de jeunesse, réservée par PSL sport. Le principe de ces rencontres a été calqué sur le principe de l’hospitalité réciproque issue des procédures en vigueur dans le cadre du rugby international. Ainsi deux agents de liaison, étudiants de 1ère année à l’ESPCI Paris, avaient pour mission d’assurer l’accompagnement tout au long du week-end de nos amis anglais.

Sur le volet sportif, les enseignants des différentes équipes universitaires se sont rencontrés, dans les semaines précédentes, en collaboration avec les cadres techniques de la FFR parisienne, et ont organisé des entraînements de sélection. L’ambition était de sélectionner des étudiants de qualité académique, représentant la diversité des parcours universitaires parisiens, symbolisé par la double (voire plus) excellence qui est une valeur commune partagée par PSL et le Comité de Rugby de Paris.

Un groupe de 24 filles et 24 garçons ont ainsi été retenu pour porter les couleurs parisiennes. 11 Etablissements étaient représentés dans les deux équipes parisiennes : Université Paris Dauphine, ESPCI Paris, Ecole Normale Supérieure, Chimie Paris, Ecole des Chartes, Ecole des Hautes études en Sciences Sociales, Ecole d’économie de Paris, Ecole Pratique de Hautes Etudes, Ecole des Beaux-Arts, Ecole des Mines, Lycée Henri IV, ainsi que des amis de l’EIVP, de l’ISCOM, de l’IEP et des facultés de médecine venus aider dans l’encadrement.

Dans les vestiaires, les maillots étaient remis par MM. Tronquet et Biasin du Comité de Rugby de Paris, puis la matinée était lancée par les jeunes filles, dès 9h, et par MM Bougeret et Batsch, représentant PSL et Dauphine, donnant un coup d’envoi fictif. Malgré des conditions météo difficiles, l’ambition du jeu était très présente, et le public a pu apprécier les 7 essais marqués par les parisiennes, pour un score sans appel de 35-5 à face aux filles de University College London, les filles restant invaincues depuis le lancement du PSL Rugby Trophy.

A 10h30, démarrait le match des garçons qui s’annonçait bien plus difficile. En effet, les parisiens n’ont pas battu les londoniens depuis la création de la rencontre (un nul en 2014, et une défaite à Londres).

Fidèle à leur jeu très propre UCL – RUMS (le rugby masculin de UCL est principalement porté par leur faculté de médecine) occupe le camp parisien pendant tout le début de la première mi-temps, faisant face à une très courageuse défense française. Très patients, gardant leur ligne de but, les parisiens n’entrent dans le camp londonien pour la première fois qu’à 30 ème minute, pour marquer un magnifique essai, non transformé. Deux pénalités permettront aux parisiens de se mettre à l’abri à l’heure de jeu, pour finalement remporter pour la première fois cette confrontation par 23 – 7.

Récapitulatif des résultats depuis la création du Trophée :

Filles (2-0-0) :
2014 : non disputé
2015 : UCL – PSL : 10-27
2016 : PSL – UCL : 35-5

Garçons (1-1-1) :
2014 : PSL – UCL : 36-36
2015 : UCL – PSL : 20-17
2016 : PSL – UCL : 23-7

A l’issue de la matinée, les étudiants-sportifs ont été accueillis au CSU de Sarrailh pour le déjeuner, puis ont rejoint le prestigieux Collège de France pour assister à une conférence mêlant leur intérêt pour le sport et l’excellence académique.

M. Christophe Clanet, chercheur au LadhyX, et qui enseigne la physique à l’ENS et à l’ESPCI Paris, est intervenu devant un publique d’étudiants, d’enseignants et de curieux, sur le thème « Physics of Ball Games ». L’intervention donnée en anglais a permis un échange interactif avec l’ensemble du public, visiteurs londoniens inclus. Sans trahir le contenu de la conférence, M Clanet est parti de l’équation de Newton, rendant hommage au passage à nos hôtes, pour dérouler son exposé sans calculs, rendant l’intervention de qualité mais néanmoins accessible à tous les publics. S’intéressant à tous les sports de balles, et en se plaçant dans les cas limites, négligeant successivement différences forces appliquées à nos objets, selon leur forme et leur vitesse, Christophe Clanet sous a présenté quelques grandes conclusions de ses travaux de recherche :

-Une trajectoire fréquemment observée en balistique est la trajectoire en « Tartaglia », du nom d’un savant italien du 17ème siècle, spécialiste de l’art de la guerre
-Les dimensions de terrains de jeu peuvent s’expliquer par la physique
-La manière d’établir les scores s’expliquent aussi par la physique, certain jeu privilégiant le fait de sortir la balle du terrain, et d’autre au contraire de la garder sur le terrain

Monsieur Clanet s’est ensuite intéressé à la trajectoire du sauteur à ski, afin de conclure spécifiquement sur le ballon de rugby, dont l’étude reste peu explorée, très complexe, et pouvant être modélisée par la fusion des modèles de la balle ronde, et du skieur rectiligne.

Après un moment d’échange et de question réponses, des étudiants, et des professeurs visiteurs de Paris 5 et Paris 13 (dont le champion d’Europe en titre de rugby à 7 féminin, M. Kugler), l’auditoire a pu visionner la retransmission du match France – Irlande des 6 Nations.

La mi-temps du match a été l’occasion de remercier tous les acteurs de la journée, le conférencier, les arbitres, les joueurs, les cadres du Collège de France, les enseignants, et finalement de laisser la main aux capitaines des équipes respectives pour l’élection de la joueuse et du joueur du match.

A l’issue de la conférence, les étudiants se sont retrouvés dans la célèbre rue Mouffetard, pour continuer leurs échanges internationaux, interdisciplinaires et inter établissement, dans une ambiance très conviviale se donnant RDV à Londres en 2017.